Sciences de l'Ingénieur et Simulation

26 avril 2019

Notre-Dame de Paris et la simulation

Notre-Dame de Paris a-t'elle (va t'elle) résisté? Tout le monde a son avis... sur tout, comme tout le monde est suffisamment expert pour être Président de la République ou sélectionneur de l'équipe de France, ou pour paraphraser Coluche "ceux qui ont un avis sur tout, mais surtout un avis"...

Un avis de véritable expert peut être utile. Au-delà des conséquences de l'incendie du 15 avril 2019, se posent les problèmes de la reconstruction et avant de la consolidation de ce qui reste heureusement debout. La simulation numérique pourra aider, avec ses reconstitutions 3D par exemple (Jean-François Prevéraud les a répertoriées dans son oeil du 7 mai 2019) mais aussi grâce à des calculs de résistance. Nous sommes alertés aujourd'hui par les travaux d'une équipe de recherche du CNRS qui commencent déjà à faire débat comme si les faits pouvaient se discuter.

Paolo Vannucci (Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines) et son équipe (dont le laboratoire Navier) avaient mis en évidence dès 2016 à la suite des attentats de 2015) les risques liés à un incendie (rapport confidentiel qui montre que jusqu'à 2016, les protections étaient insuffisantes). Puis il enchaine sur la résistance au vent

A nonlinear approach to the wind strength of Gothic Cathedrals: The case of Notre Dame of Paris (2018)

Le rapport sur ce qu'il reste de l'intégrité de Notre-Dame vient de paraitre et déchaine tous les commentaires (voir Réagir à cet Article Le Figaro : modélisation de la démagogie !)

Structural integrity of Notre Dame Cathedral after the fire of April 15th, 2019

Le modèle précédent (moins les voutes et le toit) est repris. Les hypothèses sont dans le papier : comme toutes hypothèses, elles peuvent être discutées mais surtout améliorées. Néanmoins il résulte de cette étude comparative (avant - après) que, quand la cathédrale pouvait résister à un vent de 222 km/h, (vitesse rarement dépassée en France, comme montré dans l'article initial) cette valeur est tombée à 90 km/h - vitesse moyenne d'une forte tempête, hors rafale -  (-60%) sans tenir compte des dégradations (et donc de la diminution non évaluée aujourd'hui des caractéristiques) matérielles. Rappelons que la pression supportée par l'édifice est proportionnelle au carré de la vitesse du vent (-80%).

Puisse cette information aider à la prise de décision. Merci Paolo.

 

Posté par SCING_SIM à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 mars 2019

Médailles du CNRS 2019 : CHINESTA, METIVIER, QUEY

La Médaille d'argent du CNRS  (représentant Cuvier, Ampère et Lavoisier) distingue un chercheur pour l'originalité, la qualité et l'importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international. Les années précédentes, Philippe Coussot, Nicolas Moes, Samuel Forest, Yves Bréchet, Stéphane Roux, François Hild, Lydéric Bocquet, Anne-Christine Hladky-Hennion, Olivier Pouliquen (en 2018) partie des lauréats. Je ne parle que de notre domaine! 

Cette année la médaille récompense 20 chercheurs (chercheuses) dont je retiens 1 nom :

Francisco Chinesta, Enseignant-chercheur en ingénierie des matériaux, procédés, structures et systèmes au Laboratoire Procédés et Ingénierie en Mécanique et Matériaux (PIMM) de l'Ecole des Arts et Métiers. Déjà multi récompensé, on ne fera pas la répétition (voir le message, ou celui-ci). Une nouveauté, peut-être : il sera l'un des 10 conférenciers (dont un autre français) invité de la conférence NWC 2019 à Québec City avec "The era of “Twins”! A new paradigm for simulation-and-data-based engineering as applied to materials, processes, structures, and systems"

La Médaille de bronze du CNRS  (représentant Cuvier, Ampère et Lavoisier) distingue un chercheur pour un premier travail, qui fait de lui un spécialiste de talent dans son domaine. Cette récompense représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes. Les années précédentes, Olivier Pouliquen, Thierry Hoc, Julien Réthoré (en 2011), Konstantinos Danas (en 2017), Benedetta G. Franzelli, Vladislav A. Yastrebov (en 2018) ont fait partie des lauréats. 

Cette année la médaille récompense 43 chercheurs (chercheuses) dont je retiens 2 noms :

Ludovic Métivier, Chercheur en Mathématiques appliquées pour les sciences de la terre au Laboratoire Jean Kuntzmann à Grenoble.

Romain Quey, chercheur en sciences des matériaux au Département Physique et Mécanique des Matériaux (PMM) de l'Ecole des Mines de Saint-Etienne. Il a partagé le prix Jean Mandel de l'AFM en 2015 avec Nicolas Auffray.

 

 

 

Posté par SCING_SIM à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mars 2019

La simulation numérique dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer

La biochimie n'est pas, stricto sensu, une science de l'ingénieur ! ça n'est pas une raison pour ne pas observer ce qui s'y passe surtout concernant une maladie qui nous concerne et nous concernera.

Des chercheurs français en biochimie du laboratoire LCPQ (Chimie et Physique Quantiques de Toulouse) simulent le comportement des protéines présentes dans le cerveau afin de comprendre les mécanismes de la maladie d'Alzheimer. Cela peut s'étendre à toutes les maladies neuro-dégénératives (maladie de Parkinson, la maladie de Huntington, l'atrophie corticale postérieure, la sclérose latérale amyotrophique...)

Ce laboratoire est l’un des premiers utilisateurs de Curie (du Très Grand Centre de Calcul du CEA), le puissant supercalculateur français inauguré en 2012 sur la Technopole Teratec (à l'époque le 9e du TOP500). Ces recherches ont saturé 76 800 processeurs du supercalculateur Curie pendant deux nuits, soit une puissance consommée continue de 960 téraflops (1 avec 12 zéros) par seconde.

Il travaille sur une nouvelle méthode de résolution de l’équation de Schrödinger. Les chercheurs de ce laboratoire proposent une alternative à la méthode dite DFT (Density Functional Theory), la méthode de Monte-Carlo quantique : la trajectoire des électrons d’une molécule est établie via des tirages aléatoires. Ils cherchent à obtenir ainsi une précision au moins égale à celle de la DFT au prix d'un très grand nombre d'échantillon mais avec l'avantage d'un processus totalement parallélisable. Son algorithme peut ainsi utiliser des milliers de processeurs en parallèle afin de générer les nombres aléatoires nécessaires à la modélisation des trajectoires des électrons. Avec les algorithmes développés de cette manière dans le code QMC-Chem, on peut calculer le mouvement des électrons d’une molécule entière et donc simuler, visualiser et comprendre son comportement face à une autre molécule (métal, médicament…)

Michel Caffarel (équipe GMO) : Cela nécessite une puissance de calcul phénoménale. On parle de 2 millions de milliards d’opérations par seconde, nécessaires pour arriver à la précision qu’il faut pour comprendre. Nous simulons la dynamique des électrons sur Curie. Avec 2 000 électrons qui se baladent et avec un atome de cuivre, nous voyons si la molécule bouge, se replie, échange des électrons, s’agrège ou pas. Ce comportement est simulé en tirant des nombres aléatoires. Cela nous permet de déplacer les électrons. Pour la simulation ultime, nous tirons environ 100 000 milliards de nombres aléatoires. On voit ainsi la puissance de calcul dont on a besoin. Nous avons atteint une puissance soutenue de l'ordre d'un petaflop (1 avec 15 zéros derrière = 1 million de milliards).

Posté par SCING_SIM à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mars 2019

Décès du professeur Jean Mathieu (1924-2019)

Il a dirigé de nombreuses thèses : Bernard Vallat (1985), Pascal Ferrand (1986), Bernard Aupoix (2007), Laurent Jacquin (1987), Jean-Denis Marion (1988), Jean-Pierre Benoit (1992) 

1924 : Naissance

1945 : Ingénieur de l'Ecole Centrale de Lyon

Travail chez Ventil (1945-1947) puis à la soufflerie de Modane de l'ONERA (1947-1955)

1959 : Thèse ("Contribution à l'étude aérothermique d'un jet plan évoluant en présence d'une paroi" sur les flammes tièdes) sous la direction du professeur Antoine Craya (Laboratoire de Mécanique des Fluides de Grenoble) - président du Jury : Louis Néel

Création du Laboratoire de Mécanique des Fluides (futur LMFA en) de l'ECL avec la professeure Geneviève Comte-Bellot. Il le dirigera de 1959 à 1985

1974 : création de la société Metraflu (Centrale Innovation en 1998) et de nombreux contrats avec la DRME puis la DRET.

3 juin 1988 : Création à Paris de ERCOFTAC avec Pierre Perrier et Jean Bataille

28 février 2019 : Décès à Ecully

2019 : Obsèques le 5 mars en l'église Saint-Augustin de Lyon (69), inhumation au (nouveau) cimetière de la Croix-Rousse

Publications

Parmi les centaines de publications

  • 1967 : Jet Pariétal (avec A. Tailland)
  • 1975 : Ecoulements secondaires dans les compresseurs axiaux (avec R. Flot, Kyriacos D. Papailiou)
  • 1977 : Tendances actuelles dans les méthodes de modélisation des écoulements turbulents (avec Jean Noël Gence, Denis Jeandel)

Ouvrages

Distinctions

Hommages

  • AFM (Avril 2019)

C’est une des grandes figures de la Mécanique, de celles qui ont façonné durablement le paysage universitaire, qui disparait avec lui.

C’est aussi un pionnier dans la construction de la recherche européenne

 

Nos pensées vont à son épouse Yvette, son fils Jean-Paul ainsi qu'à toute sa famille

Posté par SCING_SIM à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 février 2019

Décès de Philippe Jetteur (1957-2019)

Philippe Jetteur en quelques mots

  1. Marathon, Les coureurs célestes annoncent le décès de Jet.
  2. Escalade, en se préparant au TMB (Tour du Mont-Blanc), il a découvert cette discipline 
  3. Trail, du marathon au TMB, il n'y a qu'un grand pas
  4. SAMCEF, sans lui et quelques autres SAMCEF n'aurait pas été le code qu'il était devenu. Après les pionniers il a fallu consolider, et Philippe fut l'une des briques indispensable
  5. Giens. Il aimait beaucoup l'ambiance de ce congrès biannuel (qu'il a fréquenté dans les années 2000-2010) organisé par le CSMA, sous le chaud soleil de la Riviera française.
  6. Coques, dès 1986 le "JET shell element" qu'il développe à Lausanne, le hisse au niveau des plus grands, celui des HCT, QUAD4, DKT, DKQ, DST, DSQ, SHEBA, TRIC, MITC4, TRUMP, SHB..
  7. Eléments finis, ses domaines de prédilection : coques, flambement, composites, endommagement, contact, non linéaire...

14 novembre 1957 : naissance à Verviers

1974 : Etudes à l'Athénée royal Thil Lorrain de Verviers (il est en 1e en 1974)

1984 : PhD Liège "Contribution à la solution de problèmes particuliers d'instabilité dans les grandes poutres métalliques"

Post-Doc à l'EPFL (IREM)

SAMTECH, développement du module MECANO

21 février 2019 : décès à Chaudfontaine

27 février 2019 : incinération au crématorium de Robermont

Ouvrages

Publications

  • 2014 : Damage modeling of laminated composites: Validation of the intra-laminar law of SAMCEF at the coupon level for UD plies (avec  M. Bruyneel, J.P. Delsemme, Anne-Charlotte Goupil, Cédric Lequesne, T. Naito, Y. Urushiyama)
  • 2011 : Interface Element for delamination simulation, a good usage for accuracy and performances (avec Michaël Bruyneel, Jean-Pierre Delsemme, Frédéric Duboeuf)
  • 2010 : Simulation of Stiffened Composite Panel Buckling considering Ply Degradation and Skin-Stringer Separation (avec Jean-Pierre Delsemme, Christian Brauner, Michael Bruyneel)
  • 2010 : Modular mechatronic modelling for wind turbine generating systems based on an integrated finite element approach (avec Chen Qiongzhong et Olivier Bruls)
  • 2010 : EAS (Enhanced Assumed Strain) 3D triangular and quadrangular shell elements (avec Ph. Pasquet)
  • 2010 : Advanced Capabilities for the Simulation of Membrane and Inflatable Space Structures Using SAMCEF (avec Michael Bruyneel)
  • 2009 : Simulation numérique d’essais normalisés au feu (avec J. C. Craveur)
  • 2009 : Élément de coque 3D basé sur une formulation de déformation améliorée postulée (avec Ph. Pasquet)
  • 2008 : Recent progress in the optimal design of composite structures: industrial solution procedures on case studies (avec Michael Bruyneel et Benoit Colson)
  • 2008 : Advanced capabilities for the simulation of membrane and inflatable space structures using SAMCEF (avec Michael Bruyneel)
  • 2006 : Modélisation élastoplastique endommageable des composites (avec Frédéric Lachaud et Eric Haramburu)
  • 2006 : A Finite Element Model For Inverse Design Problems In Large Deformations Anisotropic Hyperelasticity (avec Victor D. Fachinotti, Alberto Cardona)
  • 2001 : Contact between flexible bodies in nonlinear analysis, using Lagrange multipliers
  • 2000 : Large Rotation of Superelement for multibody Analysis 
  • 1994 : Adaptation of a Finite Element Solver for the Analysis of Flexible Mechanisms to Parallel Processing Systems (avec Danielle Coulon, Michel Geradin, Norbert Kill)
  • 1992 : An element with hourglass control for the large deformation analysis in three dimensions (avec K.P. Li et S. Cescotto)
  • 1991 : A mixed finite element for the analysis of large inelastic strains (avec S. Cescotto)
  • 1989 : Nonlinear thin shell finite element with six degrees of freedom per node (avec Saïd Jaamei et François Frey) - JET shell element !
  • 1987 : Improvements of the quadrangular JET shell element for a particular class of shell problems
  • 1986 : Implicit integration algorithm for elastoplasticity in plane stress analysis
  • 1986 : A four node Marguerre element for nonlinear shell analysis (avec François Frey) - COQJ4 shell element !
  • 1983 : Improved nonlinear finite elements for oriented bodies using an extension of Marguerre's theory (avec S. Cescotto, V. De-Ville-De-Goyet et F. Frey)
  • 1983 : Simulation of the behaviour of stiffened box girders with and without shear lag (avec René Maquoi, Charles Massonnet)
Hommages
  • LTAS (qui ne s'appelle plus comme ça)

Il avait toujours un sourire, un geste calme, une réponse sereine, une grande passion (Alberto Cardona)

Il était quelqu'un pour qui j'avais une estime et une admiration très profondes. Je l'appréciais énormément pour ses qualités personnelles et professionnelles, et je l'admirais tout autant pour le courage avec lequel il a toujours combattu sa maladie depuis toutes ces années. Chacun de mes échanges avec lui m'a apporté quelque chose. (Michel Géradin)

Grande émotion et respect à sa mémoire , à son courage et à tous ses accomplissements (Michel A. Hooge)

  • SAMTECH (qui ne s'appelle plus comme ça)

...si  SAMCEF (et SAMTECH) ont une renommée internationale, c'est certainement en grande partie à Philippe que nous la devons (...). Si tous nos collègues (belges, français, italiens, anglais, allemands, chinois...) sont (ou ont été) fiers de faire partie de l'équipe c'est aussi grâce à la compétence (modeste) de Philippe, à son écoute du client et son désir de l'aider et à sa gentillesse avec tous ses collègues. (Claudine Bon)

...cet esprit vif et serein qui a porté bien haut les couleurs de Samtech. Philippe a relevé bien des défis, coureur infatigable toujours en quête de nouveaux challenges, le visage éclairé d‘un léger sourire modeste, le regard franc confiant dans l‘avenir. (Eric G. Carnoy)

Son esprit était toujours tourné vers le futur. Pour nous, il représentait la référence absolue, l'expert ultime dans de nombreux domaines. (Pascal Latrubesse)

  • CSMA (annonce sur le site) : un florilège à la française...

Les témoignages de Olivier Allix (Quelqu’un de profondément gentil, simple avec un humour tout en finesse), Jean-Louis Batoz (J'appréciais sa compétence et sa modestie sur des sujets pointus, comme les éléments finis de coques en non linéaire géométrique. C'était une personne sympathique qui a pu apporter des  contributions pertinentes sur plusieurs sujets de mécanique numérique), Francisco (Paco) Chinesta (Nous allons annoncer cette triste nouvelle sur le site du CSMA dans une triste rubrique), Alain Combescure (C'était un grand professionnel des éléments finis très réaliste et pragmatique mais aussi très créatif. Une très grande humilité mais aussi beaucoup de simplicité et de vérité dans sa personne), Frédéric Dau (Bien triste nouvelle), Frédéric Lachaud (Une belle personne nous quitte !), Nicolas Moes (C'est terrible), Caroline Petiot (...ceux qui le connaissaient pour avoir si bien échangé et travaillé en proximité avec lui sur de si longues années)

 

Nos pensées vont à son épouse Betty et à ses enfants

Posté par SCING_SIM à 14:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


03 février 2019

Histoire des éléments finis en France (1970-1980)

Il est plus aisé de considérer les ouvrages en français, les codes développés en France, les congrès...

Les ouvrages en français

On a signalé dans l'histoire mondiale la traduction de la 2e édition du livre de Zienkiewicz, sous les auspices du futur Institut pour la Promotion des Sciences de l'Ingénieur (IPSI) créé en 1975 par Jean-Louis Armand et Georges Verchery. On constate cette fois aussi que les 1ers auteurs sont, en majorité, des ingénieurs (ONERA, CEBTP, CNES) et on retrouve l'aérospatial et le génie civil.

  • 1973 : La deuxième édition (1971) - The Finite Element Method in Engineering Science - a été traduite en français par Gérard Vouille et J.L. Armand sous le titre "La Méthode des éléments finis appliquée à l'art de l'ingénieur" avec une préface de B. Fraeijs De Veubeke
  • 1977 : Roger Valid - La mécanique des milieux continus et le calcul des structures
  • 1978 : Elie Absi - Méthodes de calcul numérique en élasticité
  • 1979 : La troisième édition  de 1977- The Finite Element Method - a été traduite par un collectif dirigé par J.L. Armand : Jean-Louis Claudon, Paul Fallet, Daniel Finifter, Jean-Claude Grossetie, Roger Ohayon, Pierre Orsero, Bernard Pria, Christian Rouxel sous le titre "La Méthode des éléments finis"
  • 1979 : Jean-François Imbert - Analyse des structures par éléments finis :
  • 1980 : Jean-Jacques Barrau, Serge Laroze - Calculs de structures par éléments finis
  • 1981 : Gouri Dhatt, Gilbert Touzot - Une présentation de la méthode des éléments finis

Je m'arrête en 1981. Beaucoup d'excellents ouvrages ont été rédigés en français. Les meilleurs à mon avis sont cités dans ces messages 1, 2, 3, 4, 5

Les codes de calcul (ou le début de l'histoire d'un échec)
  • ASELF : AéroSpatiale ELéments Finis
  • CASTOR : CAlcul de STructures sur ORdinateur
  • Code_ASTER :  1972 POUX (JRL), 1981 COCAINE (CC), ALI BABA (PM), 1989
  • CEASEMT : CASTEM, CASTEM2000, CAST3M
  • ELFINI : Petiau 1969
  • HERCULE : ZEUS (1970) puis 1971
  • MEF-MOSAIC : développé vers 1985 conjointement par l'UTC et l'Université LAVAL (Québec) à partir de l'ouvrage de Dhatt-Touzot.
  • MODULEF : bibliothèque à spectre très large (toutes les physiques) développée par l'IRIA (INRIA en 1979)-Laboria (M. Bernadou) vers 1975. Création du Club MODULEF (sous l’impulsion de Roland Glowinski) en 1974
  • PAM
  • ROSALIE : développé depuis 1968 au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (devenu IFSTTAR). On trouve un papier de 1973 (Pierre Guellec) - La méthode des éléments finis appliqués au calcul des massifs et des structures (rapport du département de géotechnique). L'expérience s'est poursuivie par une tentative d'un code AGATHE avec des éléments d'ordre plus élevé (typiquement bicubiques) puis ROSALIE fut définitivement remplacé par CESAR-LCPC en 1985.
  • TITUS : développé par les sociétés SENTA et CITRA puis SPIE-BATIGNOLLES (1971) puis FRAMATOME. On trouve un papier de 1968 (P. Launay, G. Charpenet, Christian C. Vouillon) : Prestressed Concrete Vessels: Two Dimensional Thermoelasticity Computer Program (Nuclear Engineering and Design). Il fait état de développements depuis 1964. Il deviendra SYSTUS vers 1995 lors du rachat de Framasoft par ESI Group.

Pourquoi l'histoire du début d'un échec ? Dispersion, Manque de coordination jusqu'à la fin en 2000

Les congrès organisés en France
  • Congrès industriels (très au-delà de nos dates)
    • FEMCAD : 1987-1993
    • STRUCAD : 
    • STRUCOME : 1988-1996. Initié par Hervé Debaecker avec Roger Ohayon comme responsable du comité scientifique. A noter (hormis, durant toute les éditions, une impressionnante brochette d'invités) en 1993, la conférence de clôture consacrée à l'évolution des codes de calculs de structures vue du coté francophone. Les invités étaient : Forge présenté par Etienne Wey, CESAR-LCPC présenté par Pierre Humbert et Gérard Fezans,  Code_ASTER présenté par Jean-Raymond Levesque, HERCULE présenté  par Philippe Deflandre, CASTOR présenté par Mansour Afzali, ZEBULON présenté par Georges Cailletaud, SYSTUS présenté par Philippe Derom, CASTEM présenté par Alain Millard, SAMCEF présenté par Michel Géradin
  • Congrès académiques
    • ABSI, Elie; GLOWINSKI, Roland (Eds.) Méthodes numériques dans les Sciences de l'Ingénieur. Premier congrès international (1979)
    • 1967F1974(:(7((Colloques(d’Analyse(Numérique( ((‘Congrès’((à(parNr(de(1984(,(+(Canum((en(1997()
    • 1971 : Ecole d’Eté E.D.F.-C.E.A.sur les Eléments Finis au Bréau-sans-Nappe
    • 1973 : Semaine Eléments Finis à La Colle sur Loup organisée par Jean Céa
    • (et(6(ième((‘CANUM’((28(MaiF1er Juin
    • 1975 : Journées "Eléments Finis" de Rennes organisée par Christian Coatmelec (1931-2011)
    • Colloque national en calcul des structures : 1991

Les Personnalités

Il y a souvent une équipe derrière ou à coté. La liste est évidemment totalement subjectve et non exhaustive. Les compléments seront les bienvenus.

  • Elie Absi cours au CHEC dès 1963
  • Jean-Louis Armand à l'IPSI et à l'IRCN
  • Gérard Coffignal
  • Alain de Rouvray avec les créateurs d'ESI Group. Peut-être les hériters de l'Ecole de Berkeley
  • Raymond Gonard SNPE (encore en 1977) puis PSA
  • Pierre Guellec avec la section des Modéles Numériques du LCPC et en particulier Pierre Humbert (décédé en 2009)
  • Alain Hoffmann avec le Service des études en mécanique et thermique 
  • Jean-François Imbert
  • Pierre Ladevèze thèse en 1975 "Comparaisons de modèles de milieux continus"
  • Jean-Raymond Levesque qui arrive tôt dans le développement des codes de calculs de structures à EDF (voir plus haut) mais est aussi l'initiateur avec Jean-Marc Boissenot (CETIM) des groupes de travail VPCS qui aboutirent au guide VPCS  (Validation des Progiciels de Calculs de Structure) édité par l'AFNOR en 1990.sous l'égide de la SFM (devenue l'AFM en 1997)
  • Roger Ohayon
  • Christian Petiau 
  • Germain Touzot
  • Roger Valid
  • Christian Vouillon

Quelques dates

  • 1967F1974(:(7((Colloques(d’Analyse(Numérique( ((‘Congrès’((à(parNr(de(1984(,(+(Canum((en(1997()
  • 1971 : Ecole d’Eté E.D.F.-C.E.A. sur les Eléments Finis au Bréau-sans-Nappe (B.Fraiejs de Veubeke et O.C. Zienkiewicz étaient les invités)
  • 1973 : Semaine Eléments Finis à La Colle sur Loup organisée par Jean Céa 
  • (et(6(ième((‘CANUM’((28(MaiF1er Juin)
  • 1974 : Création du GAMNI (Groupe pour l’Avancement des Méthodes Numériques de l’Ingénieur) à l'initiative d'Elie Absi avec Jean Marc Boisserie, Hervé Gachon, R. Glowinski, J.C. Lachat, M. Lemaire, Lorain, P.A. Raviart, J.M. Sevenet, J. Vazeilles et des membres d'honneur : P. Brousse (1912-2005), P. Germain, R. Gibrat, J.L. Lions, L. Malavard, J. Mandel, J.H.Argyris, R.W.Clough, B.Fraiejs de Veubeke, W. Prager, O.C. Zienkiewicz. Le GAMNI organisera 3 congrès internationaux à Paris (1978, 1980 à l'Ecole Centrale, 1983 au CNAM) avant la création d'ECCOMAS, du CSMA... Le GAMNI deviendra un groupe de la SMAI en 1983.
  • 1974 : Création du Club MODULEF (sous l’impulsion de Roland Glowinski)
  • 1975 : Journées "Eléments Finis" de Rennes organisée par Christian Coatmelec (1931-2011)
  • 1975 : Création de l 'Institut pour la Promotion des Sciences de l'Ingénieur (IPSI) par Jean-Louis Armand et Georges Verchery
  • 1980 : Tendances actuelles en calcul de structures (3e - 1985 Bastia)
  • Création du GRECO

 http://www.mi.ec-lyon.fr/Html/HistoireGAMNI_JFMaitre.pdf

Posté par SCING_SIM à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2019

Contribution pour l'Histoire mondiale des éléments finis (..-1965)

Qui a inventé, découvert la formulation, la méthode? Un ingénieur, un mathématicien ? l'aéronautique ou le génie civil ? Essayons de trier dans les diverses propositions : les égyptiens, les grecs, Euler, Strutt, Ritz, Courant, Ritchmyer, Argyris, Southwell, Zienkiewicz... (et en France ?) d'autant que sans les ordinateurs (computers), ça parait difficile de résoudre des systèmes linéaires dont la taille est supérieure à 10 ! Alors commençons par ces derniers. Comme l'a écrit Argyris "the computer shapes the theory"

  • Le 1er Zuse 3 en Allemagne : puissance = 20 opérations par secondes (on dirait flops) en 1941
  • Le 2e ENIAC : surface au sol > 100 m2, puissance = 300 flops en 1945. Il n'utilisait pas de rubans perforés. Il était utilisé pour de calculs de balistique.
  • Le 1er commercial : UNIVAC en 1951 descendant direct de l'ENIAC utilisé pour les sondages, puissance 2 kflops. En fait le Zuse 4 fut commercialisé 1 an avant et utilisé jusqu'en 1959 à l'ETHZ puis à l'ISL.

Après l'ordinateur, il faut un moyen de communication avec lui. Ce sera le langage Fortran inventé pour le calcul scientifique en 1954 chez IBM pour l'IBM 704 (30 kflops). La logistique est prête dès le début des années 50. Plusieurs auteurs ont raconté cette histoire : certains étaient presque au début, d'autres ont connus les premiers d'où la nécessité de mélanger les récits pour essayer d'établir les faits au moins jusqu'en 1965, date de la publication du 1er ouvrage qui va "populariser" la méthode et parallèlement, l'apparition des 1ers codes commerciaux. On se propose de s'appuyer sur quelques papiers qui ont essayé, pour en tirer quelques convergences. On pourra aussi se reporter à l'ouvrage de John Robinson "Early FEM Pionners" paru en 1985 (donc avec un peu de recul) qui donne en plus quelques éléments biographiques sur beaucoup de ceux (mais pas tous) que l'on va citer : Levy, Martin, Turner, Langefors, Denke, Argyris, Fraeijs de Veubeke, Wehle, Pian, Lansing, Klein, Archer, Melosh, Przemieniecki, Taig. 

  1. James L. Tocher (1980) : The Evolution of the Finite Element Method. Un PhD avec R.W. Clough pour développer un triangle en flexion, améliorer lors d'un post-doc en Norvège pour arriver avec Tso Kung Hsieh (autre élève de Clough) au fameux HCT remplacé plus tard par le DKT.
  2. John Tinsley Oden (1987) : Historical Comments on Finite Elements cite beaucoup de noms (avec une soixantaine de références) et il ajoute un long chapitre sur la théorie mathématique. Il se dit lui-même très influencé par les travaux d'Argyris et Gilbert C. Best (General Dynamics)
  3. Richard H. Gallagher (1989) : Thirty years of finite element analysis—are there issues yet to be resolved?
  4. Olgierd Cecil Zienkiewicz (1995) : Origins, Milestones and Directions of the Finite Element Method – A Personal View cite un impressionnant nombre de précurseurs en oubliant quelques-uns au passage mais pas les plus anciens : Rayleigh (1870) “On the theory of resonance", Ritz (1909) "Über einer neue Methode zur Lösung gewissen Variations" et L.F. Richardson (1910) "The approximate arithmetical solution by finite differences of physical problems involving differential equations, with an application to the stresses in a masonry dam" qui utilise la méthode des différences finies pour calculer le 1er barrage d'Assouan (1908) avec un maillage de 250 noeuds et une résolution probablement mémorable utilisant la méthode de Gauss–Seidel. Il emploie le mot "computers" pour parler de son équipe de calculateurs. Avec plus de 100 références.
    • Richard Courant (1923) "On a convergence principle in calculus of variation", (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations", 
    • Richard V. Southwell (1940), “Relaxation methods in Engineering Science”,
    • Alexander Hrennikoff (1941). "Solution of problems of elasticity by the framework method",
    • Douglas Mc Henry (1943), "A lattice analogy for the solution of plane stress problems"
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • DN de G Allen (1955), "Relaxation Methods"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) "Stiffness and deflection analysis of complex structures",
    • Jan Szmelter (1959) :  "The energy method of networks of arbitrary shape in problems of the theory of elasticity"
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • Feng Kang (1965), "Difference schemes based on variational principles"
    • B. Fraeijs de Veubeke (1965), "Displacement and equilibrium models in finite element method"
    • O.C. Zienkiewicz (1965), "Finite element procedures in the solution of plate and shell problems", (1967 avec Y.K. Cheung) "The finite element method in structural and continuum mechanics" (le premier ouvrage qui se conclut par un programme Fortran). La deuxième édition a été traduite en français en 1973 par G. Vouille et J.L. Armand ce qui en fait le 1er ouvrage en français. En 1947, il calcule un barrage par la méthode des différences finies.
    • Ch. E. Massonnet (1965) "Numerical use of integral procedures"
  5. Kajal K. Gupta et John L. Meek (1996) : A brief history of the beginning of the Finite Element Method développe les contributions de chacun des auteurs qui suivent
    • Richard Courant : (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations",
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) : "Stiffness and deflection analysis of complex structures",
    • Ray W. Clough (1960) : "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • O.C. Zienkiewicz avec Y.K. Cheung (1967) : "The finite element method in structural and continuum mechanics" (le premier ouvrage qui se conclut par un programme Fortran).
  6. Edward L. Wilson, Ray W. Clough (1999) : Early Finite Element Resarch at Berkeley contient 76 références.Il est spécialement orienté par l'histoire vue du campus de Berkeley (l'un des 2 ou 3 pôles).
    • Alexander Hrennikoff (1941). "Solution of problems of elasticity by the framework method",
    • Douglas Mc Henry (1943), "A lattice analogy for the solution of plane stress problems"
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) : "Stiffness and deflection analysis of complex structures" pour déterminer les fréquences d'une aile Delta
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • Ari Adini (1961) : Analysis of Shell Structures by the Finite Element Method”, PhD sous la direction de Ray W. Clough
    • Edward L. Wilson (1958-1963) : "Finite Element Analysis of Two-Dimensional Structures"
    • James L. Tocher (1962) : “Analysis of Plate Bending Using Triangular Elements
  7. Carlos A.  Felippa (2001) : "A historical outline of matrix structural analysis: a play in three acts" avec 48 références
    • W. J. Duncan, A. R. Collar (1934) : "A method for the solution of oscillations problems by matrices"
    • B. Langefors (1952) : "Analysis of elastic structures by matrix transformations, with special regard to semimonocoque structures"
    • Samuel Levy (1953) : "Structural Analysis and Influence Coefficients for Delta Wings"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) "Stiffness and deflection analysis of complex structures"
    • R. J. Melosh (1963) : "Bases for the derivation of matrices for the direct stiffness method"
  8. Robert L. Taylor (2002) : Ritz and Galerkin: the Road to the Finite Element Method
  9. Alf Samuelsson (2002) : Computational Mechanics 50 years
    • Helmut Falkenheiner (1951) : "La systématisation du calcul hyperstatiques d’aprés l’hypothèse du schéma du champ homogène.”
    • B. Langefors (1952) : "Analysis of elastic structures by matrix transformations, with special regard to semimonocoque structures"
    • J.H. Argyris (1954–55) : “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) : "Stiffness and deflection analysis of complex structures"
  10. Olgierd Cecil Zienkiewicz (2004) : The birth of the finite element method and of computational mechanics
    • W. Ritz (1909) : "Über eine neue Methode zur Lösung gewisser Probleme der mathematischen Physik". 
    • Richard Courant (1923) "On a convergence principle in calculus of variation", (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations", 
    • Richard V. Southwell (1935), “ Stress calculation in frameworks by the method of systematic relaxation of constraints
    • Alexander Hrennikoff (1941). "Solution of problems of elasticity by the framework method",
    • Douglas Mc Henry (1943), "A lattice analogy for the solution of plane stress problems"
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) : "Stiffness and deflection analysis of complex structures" pour déterminer les fréquences d'une aile Delta
    • Jan Szmelter (1959) :  "The energy method of networks of arbitrary shape in problems of the theory of elasticity"
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • M.J. Turner, Harold Clifford Martin, R.C. Weikel (1962) : "Further development and applications of the stiffness method" (à partir de la page 203)
    • R.H. Gallagher, J. Padlog, P.P. Bulaard (1962) : "Stress analysis of complex shapes
    • R.J. Melosh (1963) : "Structural analysis of solids"
    • B. Fraeijs de Veubeke (1965), "Displacement and equilibrium models in finite element method"
    • O.C. Zienkiewicz (1965), "Finite element procedures in the solution of plate and shell problems", (1967 avec Y.K. Cheung) "The finite element method in structural and continuum mechanics" (le premier ouvrage qui se conclut par un programme Fortran).
  11. Ray William Clough (2004) : Early history of the finite element method from the view point of a pioneer que Adnan Ibrahimbegovic complétera par "later years" lors de la conférence "Engineering Structures Under Extreme Conditions" à Bled
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, LeRoy J. Topp et Harold Clifford Martin (1956) : "Stiffness and deflection analysis of complex structures" pour déterminer les fréquences d'une aile Delta
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • O.C. Zienkiewicz, Y.K. Cheung (1967) : "The finite element method in structural and continuum mechanics" (le premier ouvrage qui se conclut par un programme Fortran).
  12. Gouri Dhatt et Philippe Sergent (2005) : Éléments finis et hydraulique numérique - 50 ans de la méthode des éléments finis 1955-2005. C'est la seule source en français dans cette compilation. G. Dhatt est l'auteur avec G. Touzot de l'un des premiers (probablement le 3e) ouvrages en français "Une présentation de la méthode des éléments finis" en 1981, qui se conclut par un programme Fortran.
    • Richard Courant (1923) "On a convergence principle in calculus of variation", (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations",
    • Richard V. Southwell (1940), “Relaxation methods in Engineering Science”, 
    • R.D. Ritchmyer () : 
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, L.J. Topp et H.C. Martin (1956) "Stiffness and deflection analysis of complex structures"
    • M.J. Turner (1959) : "Direct stiffness method of structural analysis, structural and material panel paper"
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • (1965) : Proceedings of conference on Matrix methodes in structural analysis, Wright Patterson Air Force Base, Dayton, Ohio, Deuxième conférence coorganisée par Janusz Stanisław Przemieniecki (qui publie dans la foulée son remarquable ouvrage : "Theory of Matrix Structural Analysis") en 1968 (avec la table des matières) : on y trouve une conférence de G. Dhatt. dans la session "Curved elements"
    • O.C. Zienkiewicz avec Y.K. Cheung (1967) : "The finite element method in structural and continuum mechanics" (le premier ouvrage qui se conclut par un programme Fortran).
  13. Olgierd Cecil Zienkiewicz, A. Samuelsson (2006) : History of the stiffness method
    • G. Kron (1939) : "Tensor Analysis of Networks"
    • Richard V. Southwell (1940), “Relaxation methods in Engineering Science
    • B. Langefors (1952) : "Analysis of elastic structures by matrix transformations, with special regard to semimonocoque structures"
    • S. Levy (1953) : "Structural Analysis and Influence Coefficients for Delta Wings"
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
  14. Robert L. Taylor (2008) : My Fifty Years with Finite Elements. Taylor n'est pas tout à fait dans les précurseurs. Il a beaucoup contribué aux développements ultérieurs qui composent une grande partie de sa contribution.
    • Richard Courant (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations"
    • R.W. Clough travaille chez Boeing depuis 52
    • M.J. Turner, R.W. Clough, L.J. Topp et H.C. Martin (1956) "Stiffness and deflection analysis of complex structures" pour déterminer les fréquences d'une aile Delta
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis",
    • Edward L. Wilson (1958-1963) : "Finite Element Analysis of Two-Dimensional Structures"
  15. Martin J. Gander, Gerhard Wanner (2010) : From Euler, Ritz, and Galerkin to Modern Computing avec 50 références
    • L. Euler (1744) : "Methodus inveniendi lineas curvas maximi minimive proprietate gaudentes sive solutio problematis isoperimetrici latissimo sensu accepti" “invente” le calcul variationnel .
    • J.L. Lagrange (1755) dans une lettre à Euler, perfectionne le procédé ce qui conduit à l'équations d'Euler-Lagrange
    • Ritz (1909) : "Über einer neue Methode zur Lösung gewissen Variations" propose et analyse les solutions approchées basées sur des combinaisons linéaires de fonctions simples
    • B.G. Galerkin (1915) : "Beams and plates, series for some problems of elastic equilibrium of beams and plates" (article in russian language)
    • Richard Courant (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations" propose d'utiliser des fonctions linéaires sur de maillages triangulaires
    • Ray W. Clough (1960) "The Finite Element Method, in Plane Stress Analysis"
  16. D. Roger J. Owen, Yun Tian Feng (2012) : Fifty years of finite elements — a solid mechanics perspective avec 17 références (aucune antérieure à 1990) et une photo rassemblant Argyris, Clough et Zienkiewicz
    • Les noms de  Ritz, Galerkin, Courant,  Hrennikoff et McHenry qui réduisent le problème continu en barres,  Turner, Clough, Martin and Topp,  J. Argyris, University of Stuttgart, R. W. Clough, University of California at Berkeley and O. C. Zienkiewicz, Swansea University, Ian Taig (BAe) et Bruce Irons (Rolls Royce) pour l'isoparamétrie mais on est déjà en 1968.
  17. Carlos A.  Felippa (2013) : The origins of the Finite Element Method. On s'intéresse aux pionniers étant donné que pour ce papier, il n'y a pas de discussion : l'inventeur est M. Jonathan Turner. Il a aussi écrit en 1994 un papier sur la référence unanime Courant : "An appreciation of R. Courant’s ‘Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations 1943
  18. Erwin Stein (2014) : History of the Finite Element Method – Mathematics Meets Mechanics – Part I: Engineering Development contient 127 références. La deuxième partie "Part II: Mathematical Foundation of Primal FEM for Elastic Deformations, Error Analysis and Adaptivity" recense des développements plus récents
    • G. Leibnitz (1697) : Erwin Stein est devenu l'un des grands spécialistes de l'oeuvre de Leibnitz.
    • K.H. Schellbach (1851) : "Probleme der Variationsrechnung
    • J.W. Strutt, Lord Rayleigh (1877) : "The theory of sound"
    • W. Ritz (1909) : "Über eine neue Methode zur Lösung gewisser Probleme der mathematischen Physik". 
    • B.G. Galerkin (1915) : "Beams and plates, series for some problems of elastic equilibrium of beams and plates" (article in russian language)
    • Alexander Hrennikoff (1941). "Solution of problems of elasticity by the framework method",
    • Richard Courant (1943) "Variational methods for the solution of problems of equilibrium and vibrations"
    • B. Langefors (1952) : "Analysis of elastic structures by matrix transformations, with special regard to semimonocoque structures"
    • J.H. Argyris (1954–55), “Energy Theorems and Structural Analysis"
    • M.J. Turner, R.W. Clough, L.J. Topp et H.C. Martin (1956) : "Stiffness and deflection analysis of complex structures"
    • O.C. Zienkiewicz (1967 avec Y.K. Cheung) : "The finite element method in structural and continuum mechanics" (le premier ouvrage qui se conclut par un programme Fortran). La deuxième édition a été traduite en français en 1973 par G. Vouille et J.L. Armand ce qui en fait le 1er ouvrage en français.

Il faut bien conclure et peut-être décider (à tout le moins proposer un avis). Quatre noms, ingénieurs de formation, reviennent systématiquement pour l'invention et le démarrage des éléments finis (C.A Felippa parle à ce sujet de Boeing-Berkeley connexion puis de Berkeley-Swansea connexion). A ceux-ci s'ajoutent quelques précurseurs qui ont déposé (pour paraphraser) des cailloux sur la route des éléments finis. Voici les pionniers (1950-1965)

  1. John Hadji Argyris (19/8/1913-2/04/2004). Dans son papier de 1960, Ray Clough parle de méthode des éléments finis comme la "méthode Argyris". Ses travaux et ceux de son équipe à Stuttgart ont conduit aux codes ASKA et LARSTRAN..
  2. M. Jonathan Turner (1915-12/10/1995) : Né à Oakville, MS aeronautical engineering New York et MS Mathematics Chicago où il rencontre Mary (décédé en 1983), ils auront 2 garçons (Bill, physicien au Lawrence Berkeley Laboratory, décédé en 1996 et Richard) et une fille (Katherine). Expert en aéro-élasticité, il travaille d'abord à Chance Vought puis chez Boeing à partir de 1949 où il introduit la Direct Stiffness Method (leur papier de 1956 complété par celui de 1962 qui décrit l'assemblage des matrices lors de la conférence AGARD - Advisory Group for Aerospace Research and Development - de Paris) sur laquelle sont fondés la quasi-totalité des codes commerciaux. Chez Boeing, il rencontre R.W. Clough. Ensuite il se tournera vers le management (déjà!) en devenant Directeur scientifique chez Boeing.
  3. Ray W. Clough (23/07/1920-8/10/2016). En 1960, il connecte les termes "finite difference" et "structural element" n'en conservant que les extrêmes. Il rencontre O.C. Zienkiewicz en 1958 à la Northwestern University. Le nombre de ses éléves et de ses publications est impressionnant. Ses travaux ont conduit au code de calcul SAP IV.
  4. Olgierd C. Zienkiewicz (1921-2009). il adapte par analogie les applications au génie civil : de la dynamique des ailes d'avions aux chargements sismiques, il n'y a qu'un pas. 

Et s'il faut en ajouter un ce serait certainement B. Fraeijs de Veubeke (Diffusion des inconnues hyperstatiques dans les voilures à longerons couplés - 1951) auquel on est obligé d'ajouter Kyuichiro Washizu (On the variational principles of elasticity and plasticity - 1955) et Hai Chang Hu (On some variational principles in the theory of elasticity and in the theory of plasticity - 1955)

Parmi les précurseurs (...-1950), les deux plus notables, qui travaillent séparément en se rejoignant sur l'idée de maillage et de discrétisation d'un système continu, sont

  1. Richard Courant (8/1/1888-27/1/1972). 
  2. Alexander Paul Hrennikoff (11/11/1896-31/12/1984). Le document le plus souvent cité est son PhD de 1940 au MIT : "Solution of problems of elasticity by the framework method" sous la direction de John B. Wilbur (inventeur de la "machine Wilbur" en 1936). Il se réfère aux travaux de Richard V. Southwell et de Hardy Cross

Auxquels on peut ajouter Börje Langefors (1915-2009)Richard Vynne Southwell (1888-1970), le directeur de PhD de Olgierd Cecil Zienkiewicz (1945) et Douglas Mc Henry (1903-1973)

 

 

 

Posté par SCING_SIM à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2019

Décès avant le blog : Lecoanet, Laval, Crisfield, Donea, Argyris

Dans une vie précédente, nous avions proposé quelques hommages à des amis-collègues décédés parfois très prématurément. En voici quelques uns, sans modification, seuls quelques liens en plus.

Henri Lecoanet - professeur au LMA de Besançon, spécialiste de l'homogénéisation dans les années 1990. Les éléments sont en recherche

Pierre François Laval (-1992) par Jean-Claude Masson en pensant à Damien (PhD 2006 "Application de méthodes asymptotiques à la simulation de la diffraction électromagnétique par un corps régulier"), qui est ingénieur chez Naval Group, et à sa soeur cadette qui ont perdu leur père bien trop tôt.

  • Notre ami Pierre François Laval nous a quittés le 28 janvier 1992. Voilà plus de dix ans qu'il nous faisait partager sa joie de vivre et son expérience... La suite en cliquant sur le nom.

Michael Anthony Crisfield (1942-2002) avec la participation amicale de Jean-Louis Batoz, François Besnier, Alain Combescure, Michel Géradin, Adnan Ibrahimbegovic, Philippe Jetteur, Pierre Ladevèze, Alain Millard, Roger Ohayon, Maurice Touratier et l'aimable autorisation de la Revue Européenne des Eléments Finis devenue l'European Journal of Computational Mechanics puis Advanced Modeling and Simulation in Engineering Sciences

  • Je ne connaissais pas personnellement le Professeur Crisfield, je laisse donc à mes collègues le soin de parler de lui, de leurs rencontres... La suite en cliquant sur le nom.

Jean Donea (1937-2004) avec la participation amicale de Michel Géradin, Alain Hoffmann, René-Jean Gibert, Antonio Huerta, Sergio Idelsohn

  • La communauté scientifique de la mécanique numérique est en deuil : Jean Donéa nous a quittés le 17 juin 2004 à l’âge de 67 ans, après une brève lutte contre la maladie... La suite en cliquant sur le nom.

John Hadji Argyris (1913-2004) avec la participation amicale de François Besnier, Ingolf Grieger et l'aimable autorisation de The World Innovation Foundation

  • J’ai eu la chance de bien connaître John Argyris. Ma première rencontre remonte à 1970 (eh oui) quand, ingénieur débutant dans une société de services qui utilisait ASKA (en allemand), logiciel éléments finis général à l’architecture innovante, j’eus ma première réunion à l’ISD de Stuttgart.... La suite en cliquant sur le nom.

Posté par SCING_SIM à 19:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 janvier 2019

Décès du Professeur Marcel Berveiller (1946-2019)

Il a coordonné un cours IPSI sur les matériaux à mémoire de forme et il a été le 3e lauréat du Prix des Sciences de l'Ingénieur décerné par l'Académie des sciences. On se souviendra de cet expert en mémoire. Il a dirigé plus d'une centaine de thèses : certains sont devenus d'éminents chercheurs.

Il a aussi à son actif quelques brevets avec la société CIMULEC

9 février 1946 : Naissance à Vaudreching de Marcel Joseph

Etudes à l'INSA Lyon (créé en 1957), ingénieur en 1968.

1971 : Thèse de Docteur-Ingénieur de l'Université de Metz "Détermination des contraintes de contact dans une poutre soumise à la flexion par une charge hertzienne"; sous la direction de Raymond Baro

1978 : Thèse d'état "Contribution à l'étude du comportement plastique et des textures de déformation des polycristaux métalliques" sous la direction d'André Zaoui à l'Université de Paris-Nord. Il y reprend le modèle de Eshelby-(Ekkehart) Kröner (1961), mais au lieu de supposer le comportement du Milieu Homogène Equivalent (MHE) purement élastique, Berveiller et Zaoui supposent que le MHE a un comportement élastoplastique isotrope.

Professeur à Parix XIII

1981 : Participation à la création du GRECO "Grandes déformations et endommagement" (Groupement de REcherches COordonnées) qui conduira à MECAMAT en 1987

Professeur à Metz

1983 : Fondation du Laboratoire de Physique et de Mécanique des Matériaux (LPMM), qui en fusionnant avec le LETAM en 2010 a donné naissance au Laboratoire d’Etude des Microstructures et de Mécanique des Matériaux (LEM3)

1986 : Fondation de l’Institut Supérieur de Génie Mécanique et Productique, structure fédérative entre l’Université de Metz et l’ENIM qui a permis le développement sur Metz d’un pôle fort centré autour du génie mécanique et du génie industriel.

1992 : Organisateur du 4e colloque MECAMAT à Amneville-les-Metz. Il prendra ses quartiers d'hiver à Aussois en 1995.

1994 : Partenariat avec USINOR puis accord cadre entre ARCELOR, l’Université de Metz, l’ENIM et le CNRS.

1995 : Organisation du Séminaire international MECAMAT 1995 à La Bresse (Mécanique et mécanismes de la plasticité de transformation).

1998 : Membre de la Commission des titres d'ingénieurs

1999 : Organisation à Metz en 1999 de la conférence de la Gesellschaft für Angewandte Mathematik und Mechanik (GAMM), qui a rassemblée 800 participants.

2001 : Déformation par Transformation Martensitique - Applications aux alliages à mémoire de forme et aux aciers TRIP (TRansformation Induced Plasticity) - Cours IPSI (avec Elisabeth Gautier, Christian Lexcellent & Etienne Patoor)

2002 : Conseiller scientifique à l’ambassade de France à Berlin jusqu'en 2005

2007 : Création d'un Collège Doctoral Franco-Allemand en Mécanique des Matériaux dans le cadre de l’Université Franco-Allemande. Il a organisé deux écoles thématiques Franco-allemande avec l’Université de Karlsruhe en 2007 et 2009. Responsable du programme Carnot au département Partenariats et Compétitivités de l’ANR de 2007 à 2009.

2010 : Professeur Emérite

1er janvier 2019 : Décès à Ars Laquenexy

2019 : Obsèques le 5 janvier en l'église Saint-Rémi de Vaudreching (57)

Publications

Parmi les centaines de publications

Ouvrages

Distinctions

  • 1999 : Médaille Réaumur de la Société Française de Métallurgie et des Matériaux. Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques. Lauréat du Prix des Sciences de l'Ingénieur par l'Académie des sciences "pour ses travaux sur la mise en forme des matériaux, son apport à la clarification de la compréhension de base des phénomènes régissant l'écoulement plastique"
  • 2012 : Chevalier de l'Ordre National du Mérite. Membre de l'Académie Nationale de Metz

Hommages

Au cours de sa carrière il a produit une empreinte profonde au niveau scientifique dans le domaine de la mécanique des matériaux (modèle auto-cohérent, modélisation micromécanique de la plasticité et de la transformation martensitique) tout en étant un acteur infatigable concernant le développement des relations franco-allemandes et de la recherche partenariale. (Etienne Patoor)

A ses compétences scientifiques venaient s'ajouter une grande douceur de caractère et une grande jovialité. (Dominique Leguillon)

je le pensais indestructible.... (Pierre Suquet)

Il laisse le souvenir d’un professeur, collègue et ami inestimable.

 

Nos pensées vont à son épouse Yvonne, à ses 3 enfants Michel, Philippe, Marc (chercheur à EDF - PhD 2005), à ses 8 petits-enfants ainsi qu'à toute sa famille

 


 

Posté par SCING_SIM à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2019

Légion d'Honneur (suite) - 1er janvier 2019 : EL KAROUI, JAMET, SAINT-RAYMOND, VERWAERDE

Promotion intéressante car elle concerne de nombreux aspects de la simulation (numérique et expérimentale), des sciences de l'ingénieur (neutronique, mécanique des structures et des fluides, "mathématiques financières") du point de vue de la théoie et de la pratique. Et elle respecte la parité !

Daniel Henri Verwaerde : Ancien directeur du programme simulation (1996) au CEA-DAM (LMJ), ancien directeur de la DAM (Direction des Applications Militaires), ancien administrateur général du CEA, Président de l'association Teratec, Commandeur, Officier 8 avril 2012, Chevalier du 15 septembre 2003

Nicole Denise El Karoui : une des pionnières du développement des mathématiques financières. Reste le grand problème de l'influence des incertitudes. Officier, Chevalier du 14 avril 2006

Philippe Raymond Jamet : à partir de 1982, chef du laboratoire d’analyse mécanique des structures (LAMS) au département d’études mécaniques et thermiques du CEA, puis celui de chef du service d’études mécaniques et thermiques des structures (SEMT) qui développait le code CASTEM, ancien commissaire de l’Autorité de sûreté nucléaire à partir de 2010. Chevalier

Laure Jacqueline Claire Saint-Raymond : professeure des universités en mathématiques à l’École normale supérieure de Lyon, spécialiste de la mécanique des fluides et de la théorie cinétique des gaz. Chevalier

Posté par SCING_SIM à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,